A LA UNE
 

« Faire mémoire »


« Faire mémoire » n’est pas juste « se souvenir », juste « savoir que ça s’est passé », juste « des chiffres » fussent-ils effrayants.

Au contraire, nous « faisons mémoire », parce que les événements font partie de l’histoire de notre pays, de notre histoire, et parce que nous appartenons à une nation, nous en sommes les citoyens.

Les plaques qui se trouvent au bas de l’escalier d’honneur de l’établissement comportent 73 noms.
C’étaient des hommes de chair, bien vivants, qui avaient entre 20 et 40 ans. A l’époque, Saint-Thomas d’Aquin n’avait qu’une seule classe de Terminale d’une vingtaine d’élèves ; cela représente 400 personnes qui ont pu prendre part au conflit. Je vous laisse calculer le pourcentage de tués que cela représente sur l’ensemble des promotions : 17,5% en ne comptant pas les professeurs. A travers le combat mené, à travers la victoire acquise après tous ces sacrifices, il nous appartient d’honorer leur mémoire et d’en tirer des leçons pour notre vie.
Ils ont passé près de 4 ans et demi de leur belle jeunesse dans l’enfer de la guerre. Ils ont fait leur devoir, pour leur pays, pour la France. Ils ont tenu leur rôle à la place qui était la leur. Ils ont tenu bon dans leur tranchée. Ils se sont dépassés. Ils ont connu la fraternité des tranchées.

Nous ne connaissons plus la guerre dans notre pays comme en 14-18. Mais les événements récents liés au terrorisme nous font dire que nous sommes embarqués, malgré nous, dans une guerre : c’est le combat de la démocratie contre la tyrannie, la lutte de la civilisation des droits de l’homme contre la barbarie.

Je voudrais que l’on pense particulièrement, à l’occasion de cette commémoration, à nos armées, à nos soldats engagés en plusieurs points du monde, à nos forces de l’ordre qui nous protègent dans notre pays.
C’est le combat de la paix. Et ils le mènent très souvent au péril de leur vie.

Pour nous, aujourd’hui, notre combat, c’est :
- faire notre « devoir d’état » : bien faire notre travail, sérieusement, honnêtement, avec droiture et humilité, conscience d’accomplir la tâche qui nous est demandée ;
- être artisan de paix, là où nous sommes, dans nos classes, entre élèves, entre adultes. Entre adultes… parce que nous devons être des exemples pour les élèves particulièrement en ce domaine.

 Extrait du discours de Xavier GOUET,

Chef d’établissement de Saint-Thomas d’Aquin, lors de la célébration du centenaire de l’armistice, ce 9 novembre

        


Les ASSISES Laudato Si
suite...


Bilan

2000
inscrits à la journée du 3 octobre, avant clôture des inscriptions, et 4800 réservations de tous ordres pour toutes les animations prévues.

Un grand MERCI aux 110 lycéens professionnels de La Favorite (sécurité, contrôle des accès), St Joseph Garibaldi (Accueil et information des visiteurs), Jehanne de France (service de l’eau et du café), et Pressin (décoration florale du site et des salles, dont les 2 tétraèdres)

Visionner le reportage de la journée

Les Eco
béatitudes à découvrir ci-dessous

DES INITIATIVES
Du 15 novembre au 15 décembre des stars des réseaux sociaux vont lancer des défis aux jeunes de 12-25 ans pour réduire leur impact sur l'environnement : https://youtu.be/_s4WY-FZrug
Au total, 62 vidéastes participeront au mouvement baptisé « On est prêts », avec un défi par jour : https://www.huffingtonpost.fr/2018/11/05/on-est-pret-62-youtubeurs-vous-lancent-des-defis-ecologiques_a_23580350/.
Réussiront ils à pousser les plus jeunes à faire des gestes pour l'environnement ? Nous pouvons les aider en faisant connaître cette campagne.

                         

12 ecobeatitudes.pdf
A lire, les éco béatitudes
 
A N R
mercredi 14 novembre